Return to site

Voyage en blockchain

Ami lecteur, tu es chanceux.
 

J'ai lu pour toi 17 articles prétendant expliquer blockchain aux professionnels. Comme souvent, il est ardu d'expliquer un sujet franchement technique avec des mots de tous les jours. J'ai donc fait de mon mieux pour synthétiser mes lectures et rendre les principes généraux de blockchain accessibles.
 

Les lecteurs intéressés iront voir ces présentations (ici ou ) ou cette page pour les détails sur l'implémentation de Bitcoin, comme la structure précise du double hashage SHA256 de l'en-tête d'un bloc.

Séjour où les corps vont chacun cherchant son ... son smart contract, pardi !

Un smart contract, que j’appellerai ici contrat, est un accord entre personnes, ou acteurs, sur un point précis. N'importe lequel. Ce qui compte, ce n'est pas ce qui est conclu (dont le contenu est public ou privé), mais le fait que quelque chose soit conclu entre deux acteurs, identifiés par leurs signatures.

Ces acteurs sont tous réunis sur la grande place publique, où sont annoncés les contrats que les acteurs passent entre eux. Les masques qu'ils portent les rendent anonymes. Chacun possède un trousseau de clés servant à signer les contrats, toutes uniques, ainsi qu'un registre, sur lequel sont inscrits les contrats validés. Ils sont ainsi impossible à falsifier, et chacun peut vérifier qu'il a bien été conclu, à telle heure et entre tels acteurs.

Il faut imaginer que les acteurs se tiennent au courant, de proche en proche, des nouveaux contrats conclus, ainsi que de leurs validations. L'établissement d'un contrat se fait en deux étapes : il est d'abord conclu entre les contractants, qui l'annoncent à leurs voisins. Ces voisins relaient à leur tour l'information à leurs voisins, et ainsi de suite. Mais ils ne sont pas encore autorisés à l'inscrire définitivement sur leur registre : ils le gardent sous le coude, en quelque sorte, avec les autres non validés. Cette validation est une technique très spéciale d'archivage retardé, qui est réalisée par les acteurs qui le souhaitent. Dès que l'un d'eux a effectué cette validation, il le communique à ses voisins et la nouvelle se répand que tel contrat est validé : dès qu'il l'apprend, chaque acteur, cette fois, le note dans son registre.

Cette image illustre ma compréhension du fonctionnement de blockchain. Blockchain (chaîne de blocs), c'est l'architecture de Bitcoin, la première crypto-monnaie créée en 2009 par un certain Satoshi Nakamoto. Monnaie à la réputation sulfureuse, ce qui est fâcheux pour une monnaie basée essentiellement sur la confiance.

En inversant les points de vue, Bitcoin est en quelque sorte le un cas d'application pratique de blockchain, d'envergure mondiale. Ce qui permet de détacher les deux, d'ailleurs.

Pour toi, ô lecteur, je me suis imposé ce voyage aride dans les détails de l'implémentation effective du blockchain dans Bitcoin. Blockchain résout deux problèmes majeurs: assurer l'intégrité d'une base partagée, sans autorité centrale, et garantir la sécurité des contrats. Ce tour de force technique est rendu possible par l'utilisation de la cryptographie, couplée à une construction habile de la base, permet de créer un système de confiance.

Techniquement, blockchain est donc une base de données distribuée avec un système efficace de gestion des accès concurrents ; son intérêt, c'est qu'il intègre nativement des outils de signature digitale. C'est une sorte de protocole qui permet de passer des contrats de manière sécurisée et décentralisée, c'est à dire sans avoir besoin d'un régulateur central.

Pourquoi croire blockchain ? Parce qu'il réussit à contraindre tous les acteurs à suivre des règles très strictes. Même les escrocs. D'ailleurs, et cela devrait te rassurer, ô lecteur, blockchain suppose par construction que tout le monde est un escroc. Ce qui permet d'assurer que personne ne peut sortir des clous.

Bien pensé, et fondamentalement intéressant - à mon avis.

Et surtout, très innovant : les tiers de confiance habituels (banques, assurances, organismes de certification etc) ne vont pas aimer.

Reste à voir ce que le futur en fera.

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly